BIPBIP AUX AMERIQUES

Un vieux couple de retraités / une envie de découverte / un Defender 130 à l'aménagement spartiate / 2 ans ou plus de voyage au long cours aux Amériques - du Sud au Nord

XXVI - 2 - PANAMA - COCLE - HERRERA - LAS PALMAS - 16 octobre

Publié le 20/10/2017, par rampon,

Lundi 16 octobre – Panama – Playa Gorgona

Journée dépannage :

-          Une paire de lunette réparée, l’autre irrécupérable

-          L’ordinateur qui ne charge plus : changement du chargeur

-          Prise du transfo 12/220 V enfin trouvée

-          Mais pas de spécialiste Sony pour réparer l’appareil photo.

-          E-book réparé charge à nouveau ; Fonctionnera-t-il normalement ?

Tout cela en un temps record qui nous laisse le temps de sortir enfin des rues torrides de Panama en direction des plages de l’Ouest.

Seuls face à la mer, le bonheur.

tourisme de masse

tradition et modernité

Panama ou New York ?

aujourd'hui ils sont épiciers ou réparateurs d'électronique

Mardi 17 octobre – El Valle – Playa Santa Carla

Quelques centaines de mètres d’altitude, ça change tout, l’air se fait plus respirable. Nous pensions trouver un village tranquille on s’aperçoit vite que la région est très touristique, les panaméens (city) investissent  dans les propriétés ou des maisonnettes …. On voit bien que la forêt est vouée à disparaître, les prairies on fait place aux forêts, les maisons font place aux prairies.

Pour ce qu’il en reste, les arbres, les plantes font dans la démesure.
Nous nous offrons un bain aux eaux thermales certainement excellentes pour la santé, en tout cas excellentes pour les contacts entre européens, français, allemands, polonais, ukrainiens, baignent dans la même eau.

Marché artisanal . Bof !

Redescente sur la côte, où nous ratons la Playa La Ermita ; pas d’accès voiture à la playa Santa Carla, nous nous replions sur le parking d’un restaurant avec vue sur mer, mais loin de nos souhaits de plage solitaire.

Je propose une traduction libre"mer sans ordures, plaisir qui dure"

la mer fait son tri : sable blanc, sable noir

petite activité matinale de récupération de canettes sur la plage

 violence des flots et images fortes

Mercredi 18 octobre – Penomone – Nata – Catedral Santiago Apostol

Bain matinal porté par les flots du Pacifique. Parfaite décontraction. Nous faisons connaissance de Pascal et Isabelle un couple de français  du Beaujolais, en voie de faire un parcours familial et professionnel au Panama.

Agréable d’accepter leur invitation  au petit déjeuner et d’échanger autour de leur projet de vie.

Nous poursuivons vers Penonome, petite ville bien vivante mais sans grand intérêt. Bel orage diluvien. Pas de bivouac adéquat. 

Nous hésitons à camper sur la place de la Cathédrale Santiago de Nata , pourtant bien calme, ce sera Terpel et sa wi-fi.(qui ne répond pas)

HEUREUX

Santiago en Nata

 

Jeudi 19 octobre 2017 – Nata – El Cano – Aguadulce – Chitré

Retour sur Nata pour visiter l’Eglise au grand jour.  1751 ? une petite  merveille d’art baroque « rustique », les figures prennent les traits des espagnols moustachus aussi que de jeunes femmes dénudées, d’angelots joufflus, d’indiens bien de chez eux. Les colonnes font courir les pampres, aussi bien que les fleurs exotiques.  Atmosphère de quiétude, portes largement ouvertes sur la place.

Rien d’excentrique pour la façade blanche qui définit l’espace de la place principale.

Il ne faut pas manquer  - parait-il – le site d’El Caňo. Ce sont les premières fouilles  faites au Panama de sépultures des 87me au 16èe siècle. Il semble que cette culture s’apparente à celle des Mayas.  (rites sacrificiels, jeux mayas…) Recherches encore en cours. Rien qui mérite vraiment le détour.

Aguadulce est en pleine effervescence pour préparer les fêtes traditionnelles à l’occasion de l’anniversaire de la création de la ville (date non prouvée).
Visite du musée qui vaut pour les explications d’Antonio           . Sa mise en perspective historique est des plus intéressante pour comprendre l’histoire en fait très récente du Panama. De sel et de sucre, qualificatif qu’on lui attribue pour avoir développé la récolte du sel de mer, puis la canne et la production du sucre. Dommage de ne pouvoir visite la sucrerie, ce n’est pas la saison.

Le parc de  Sarigua  au bout d’une route puis d’une piste défoncées, est fermé, trop tard.

Chitré est aussi en fête. Bivouac à côté du stade. Dans le local du club de foot, désaffecté pour l’occasion, une réunion indienne pour célébrer Krishna. Une fois de plus on constate que les femmes arborent le costume traditionnel, alors que les hommes….. sont habillés à l’européenne !  De l’animation, de la musique, mais la cérémonie dure bien 2 H ½. Ouf !

   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

vaillant capitaine

beauté locale

beauté locale

classique de l'imagerie sud-américaine

cacique indien en façade de Sanatiago

la tombe des "anciens" 800/1500 ap JC

c'est aussi le Panama clairement pluri-ethnique

Vendredi 20 octobre – Los Sablos –Masembe

Définitivement, on fait le deuil de l’appareil photo que personne ne sait réparer. Quant à trouver l’équivalent.. pas plus qu’à Panama City.

Route au sud vers la côte. La plage Uverito de Las Tablas est tout sauf très touristique. Juste ce qu’il nous faut. Nous nous égarons sur une petite rue côtière et sommes obligés de faire demi-tour chez un zimbabwéen, marié à une islandaise. Installé depuis 5 ans, il ne parle pas un mot d’espagnol (dignité britannique oblige, n’est-ce-pas)

Masembé est un vrai petit port comme on les aime, actif, à taille humaine. Les gros thoniers c’est plus loin au large.

Bivouac en bord de plage après le départ des trois cars d’enfants en voyage scolaire.

frégate

on ne te demande pas de nettoyer la plage seuleme de ne pas la salir

fais de la planète un meilleur lieu de vie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Samedi 21 octobre 2017 – Las

 

 

 

les ordures ont leur place, on te demande que ce ne soit pas la plage

Nous faisons tous partie de la nature. Prenons soin de notre terre

Préserver la terre et l'eau  c'est préserver notre avenir commun

les ordures que tu jettes sur le chemin ne parlent pas, mais disent beaucoup de toi

BEL EFFORT DE COMMUNICATION 

Samedi 21 octobre 2017 – Las Palmas - Pocri – playa uverito – Pedasi – playa el Toro - Punta Mala

Dans cette région de bocage pas forcément d’information pour  rejoindre les bords de mer. La playa del Toro ne laisse pas beaucoup de possibilité de bivouac, donc nous continuons vers la playa del Ricon. Nouveau cul de sac, mais terre-plein dominant l’océan. Idéal, fréquenté par les surfers.

Le propriétaire virginien (US) d’une maison nous invite pour un verre moultes fois rempli. Malgré le plaisir affiché, il s’ennuie ferme semble-t-il ; Après 14 ans à la Maison Blanche, il ne veut absolument plus retourner aux US.

Beau coup de vent pour laver des traces de l’apéro et préparer une nuit paisible.

Jolie place fleurie (pas délabrée c'est rare)

toujours le souci des déchets

Pacfique ou Atlantique ?, mer montante ou descendante ? petit matin ou tombée de la nuit ?

Dimanche 22 octobre 1017 – Caňas – Tonosi – Llano de Piedra

Ne pas manquer la plage de Caňas, effectivement très beau cadre qui commence à être dévoré par un  tourisme à l’américaine ; nous avons la chance de pouvoir encore profiter d’un petit resto local, fréquenté par les indigènes, je veux dire les gens du cru (il nous semble que les américains considèrent ainsi les panaméens). Crevettes préparées par la patronne et UNE cerveza (bière), nous sommes loin d’être au rythme de consommation effrénée des autres clients.

Ivrina nous invite chez elle, mais il faudrait revenir en arrière de 70 km, pas raisonnable. Dommage.

 

C’est notre jour de chance, foule et animation. Suffisant pour que nous stoppions. Nous sommes dans une région,d’élevage qui donne lieu aussi à quelques distractions. Aujourd’hui à la Pista Karla grand rassemblement pour une compétition de Hierra (ou coleo).

Un enclos, deux cavaliers, et un taurillon. Le jeu consiste pour un des cavaliers à attraper l’animal par la queue pour le faire tomber. Pas si facile au grand galop. Très spectaculaire. On sent l’intérêt du public de connaisseurs.

Je vous l’ai dit c’’est notre jour de chance, nous abordons une région vallonnée, comme moutonnée de petites collines herbeuses d’un vert tendre. Dans les creux, humidité et rizières. La chance c’est que la température diminue, nous grimpons à 300 mètres, et il pleut même un peu. 25° ce soir.

Bivouac sur la grande place de Llano de Piedra. Nous attendons avec impatience que se termine les musiques de bar déchainées du dimanche.

Bivouac on ne peut plus tranquille.

termitière

et ses habitants

architecture fourmilière

Nous n'avons pas trouvé les nids de moustiques mais nous connaissons bien leur terrain de jeu  !!!

*

bord de mer et pause "gastronomique"

Maintenant vous savez vous de la traditionnelle "hierra"

Lundi 23 octobre 2017 – Macaracas – Ocù – Santiago – Soňa

Pour un peu je me faisais écraser par le camion de Cécile et Gégé, recontrés à Medellin, juste au moment où nous prenions le départ. Ils continuent sur Santa Catalina, pour les spots de surf. Nous nous perdons de vue en stoppant pour un petite approvisionnement.

Comme nous, ils ont aimé ce paysage vallonné, semi-boisé, très vert, très paisible que nous traverserons encore aujourd’hui.

Impossible de trouver un assortiment de fruits aujourd’hui dans les villages, il nous faudra  trouver marché ou supermarché. On voit bien que les fruits ne font pas partie de la consommation quotidienne. Après  une journée très chaude ciel noir, pluie, ciel de plomb jusqu’au coucher. Le plus, la température  a chuté, le moins, cà devient long cette pluie !

Mardi 24 octobre 2017 – El Salto de Palma – Playa las Lajas

 

Le chant du coq a imposé à la pluie de cess . L’atmosphère est lourde d’humidité, mais le soleil apparaît. Petit détour plaisir vers une jolie et puissante cascade. Lessive, bain, soleil… Seuls. Le soleil revenu nous incite à rejoindre une plage. Maps.me toujours surprenant nous envoie sur un pont fermé

L’océan roule puissamment ses vagues qui doivent faire le bonheur des surfers. Fin de journée et à nouveau ciel gris qui se vide bientôt en une belle pluie régulière.

Pas grave nous avons trouvé le camping Johnny Fiestas,en bord de mer ; et on parle français (Dario est luxembourgeois)..Atmosphère décontractée et agréable, installations simples et nettes.

bocage et palmiers

machette à tout faire

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

un peu de fraîcheur dans l'air torride

ciel sombre, bourrasque, l'orgae arrive

les embruns

les vagues à l'assaut

 

Mercredi 25 octobre – Playa las Lajas

Temps de pause, baignade matinale, promenade sur la plage, bricolage. Il faut en profitez avant que ciel et mer se rejoignent dans un gris uniforme.

Le camion de Flying the Planet arrive sous la pluie, après avoir fait un  tour dans le sud boueux, où ils ont dû chaîner pour s’en sortir !

La wi-fi est top, çà mérite d’être signalé, mais c’est skype qui fait un caprice ; on réinstalle une ancienne version et çà repart.

Nous avons eu notre dose de pluie aujourd’hui, elle s’interrompt en fin de journée. Bon signe pour demain ?

si vous n'aimez pas les promenades sur la plage, passez votre chemin

Jeudi 26 octobre – Playa las Lajas

On s’ensable, on s’incruste, on s’américanise dans la douceur panaméenne. On marche sur la plage, on compte les vagues, on se laisse immerger dans les rouleaux….. Imaginez…..

test d'oursin

Tous les jours pareils, chaque instant différent ...............

 

Vendredi 27 octobre – Playas las Lajas

Tout est bouclé reprendre la route pour les approvisionnements et les remises en état de matériel. Gégé s’offre à voir s’il peut quelque chose pour nos deux transformateurs tombés en panne hier soir. Plus d’éclairage efficace.

Démontage, dépoussiérage ou désensablage comme on veut ; ce n’était que ça.
Dans la foulée, les cartes  sont chargées sur le Garmin (on soupçonne que les cartes que l’on voulait charger antérieurement n’étaient pas très saines).

On va voir aussi si on peut charger l’application pocket.earth, superbes cartes topographiques très précises.

Vous avez compris qu’on est allé jusqu’au village faire quelques achats indispensables. Cet après-midi (sans pluie), promenade léchés par les vagues.

 

Nos amis les animaux......

 

Samedi 28 octobre - Playas las Lajas

Petit bricolage  farniente, promenade, on y prend goût !

 

un dernier pot chez Johnny Fiestas

CHIRIQUI

Dimanche 29    octobre -  Las Lajas – David – La Concepcion – Volcan

Décision prise, on part vraiment (avant de mourir de faim faute de savoir pêcher). Fini les étendues de sable fin, à nous la montagne et la forêt luxuriante. Le réseau routier du Panama, rien à voir avec les routes défoncées que nous avons « dégustées » depuis quelques mois. La Panaméricaine voie rapide à deux sens séparés est excellente.

Nous sommes très vite à David (pour les courses), puis sur la route nord vers le volcan Baru. Ce soit nous ne le verrons pas, des trombes d’eau envahissent les routes, voilent la vue, ne laissent aucune place pour imaginer les pentes du volcan. 

Que faire ? peut-être la visite du site précolombien des Barriles. Impossible la pluie ne cessera qu’à la nuit.
Mais par chance, nous sommes bienvenus sur le parking pour la nui ; et de plus Edna nous fait goûter ses confitures, rien à voir avec ce que l’on peut trouver à acheter.

 

les tortues sont néees cette nuit, sans nous attendre

souci d'élégance !

tradition et papotage

Lundi 30 octobre -  Barriles – La Concepcion  - Boquete

Edna a le taleNt qu’il faut pour retenir l’attention d’ads en voyage scolaire. Silence et attention, on craignait le pire. Entre explication de la culture Barriles unique, petit musée issu des fouilles sur place, parcours dans la forêt, pas un instant l’attention ne se relâche.

Une statue intrigue : un homme au facies négroïde porte un  homme au faciès mongol. Datation : 300/600ap. JC.

Autre curiosité : le courant de la rivière remonte au lieu de redescendre. Je n’ai pas bien compris en quoi la situation à la jonction des plaques tectoniques explique e phénomène.

Outre que le jardin est superbe, fréquenté par les colibris, ce fut un  très joli moment.

Il pleut à nouveau, on décide de tenter notre chance en direction du Baru à partir de Boquete

A la recherche du bivouac idéal, nous retrouvons Gégé et Cécile, bientôt rejoints par Benjamin et Karli, respectivement anglais et américaine (voiture et tente de toit).

Petite bière, puis petite pluie…

jardin et oiseaux exotiques

 

tout en légèreté

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

douce ou amère ?comment savoir ?

civilisation Barriles

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mardi 31 octobre -  Boquete – David – La Concepcion – Santa Marta

Les deux couples partent faire de l’escalade, nous montons vers les cascades, le sentier des quetzales (sans quetzal) . A l’entrée du parc  de la Amistad Pila, nous aurions peut-être pu obtenir l’autorisation de continuer en voiture, mais un  guide nous confirme que la piste est quasi impraticable en raison des pluies. Les 6  heures de marche de nuit, le dénivelé, les genoux de Robert, mon manque d’entraînement, nous interdisent tout espoir de voir le sommet.

Direction la frontière.

A la recherche d’un bivouac, Lourdes nous invite à stationner dans son jardin.

orgues basaltiques en vrac

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

après c'est la jungle

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

un arbre accueillant pour un bouquet fleuri

 

 

 

 

 

 

 

 

 

bégonia... au naturel

 

Commentaires

Ajouter un commentaire
  • BEN LE BONJOUR !

    Publié le 22/10/2017 par ALAIN
    Salut les gailleton, content de vous retrouver. Les mésaventures ont l'air de continuer. J'ai eu plusieurs coups de fil inconnus mais sans avoir de communications. Etait ce vous ?
    Bises à tous deux, continués bien, ici tout baigne.
  • bip bip

    Publié le 18/11/2017 par pppop
    Hello Votre Skipper ne fonctionne plus ?
    Ici c'est la grisaille de novembre ...Pensons bien à vous surtout à Villebois ou nous sommes au moins 2 fois par semaine ...bisous pppop on the seas reste au port de Meyzieu

La carte des lieux visités


Mes albums photos

Liens à voir

Archives

Mes amis

Derniers articles

Recevoir les actus du blog